20 ans de prison pour trafic de cornes de rhino

Un tribunal du sud-ouest de la Tanzanie a condamné à 20 ans de prison quatre Chinois arrêtés début novembre en possession de onze cornes de rhinocéros alors qu'ils venaient d'entrer en Tanzanie en provenance du Malawi, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

"Les coupables ont été également condamnés à 800 dollars d'amende chacun, en plus de la peine d'emprisonnement" de 20 ans par le tribunal provincial de Mbeya, a déclaré le procureur Wankyo Simon.

Song Lei, Xiao Shaodan, Chen Jianlian et Hu Liang, âgés de 29 à 33 ans, avaient été arrêtés début novembre dans la région de Mbeya, en tentant de franchir la frontière entre le Malawi et la Tanzanie.

Ils avaient plaidé non coupables, affirmant qu'ils faisaient du tourisme et ne savaient pas qu’il y avait des cornes de rhinocéros à bord de leur véhicule. Ils peuvent faire appel de leur condamnation.

Des centaines de rhinocéros sont tués chaque année pour leurs cornes, qui alimentent le marché clandestin de la médecine traditionnelle asiatique, notamment au Vietnam et en Chine, où l'on prête des vertus thérapeutiques - non prouvées scientifiquement - à la poudre de corne.

L'Afrique du Sud abrite environ 20.000 rhinocéros, soit 80% de la population mondiale. Le braconnage y a explosé ces dernières années. En 2014, le pays a enregistré le pire massacre de son histoire avec 1.215 rhinos tués, la plupart dans le célèbre parc Kruger (nord-est). 

De nombreux spécialistes estiment que les chiffres de rhinocéros tués sont encore en-deçà de la réalité, car certaines carcasses ne sont pas retrouvées. 

Trois tonnes d'ivoire saisies en Thaïlande et au Vietnam

Par ailleurs, près de trois tonnes d'ivoire ont été saisies au Vietnam et en Thaïlande, destinées à un marché noir alimentant essentiellement le Vietnam et la Chine, ont annoncé les douanes vendredi.

Au Vietnam, ce sont 2,2 tonnes de défenses d'éléphants importées du Mozambique par bateau, cachées dans des sacs de fèves, qui ont été découvertes jeudi dans le port de Hai Phong, dans le nord-est du Vietnam. 

En Thaïlande, la saisie de 700 kilos d'ivoire a été réalisée la semaine dernière sur l'île touristique de Koh Samui, dans le sud du royaume.

L'ivoire était caché dans un bateau, dans un container étiqueté "perruques" et était destiné au Laos, petit pays d'Asie du sud-est où l'ivoire est également prisé.

Les défenses, entre autres parties du corps des éléphants, sont très utilisées en médecine traditionnelle au Vietnam. Elles sont utilisées, comme en Chine, pour faire des objets ou comme porte-bonheur.

Le Vietnam a interdit le commerce de l'ivoire en 1992, mais le marché noir reste très actif. Un kilogramme de défenses d'éléphant s'y vend plus de 2.000 euros.

Début décembre, en France, les douaniers de l'aéroport de Roissy ont découvert dans les bagages d'un couple vietnamien venant d'Angola 95 kilos d'ivoire, une "saisie record" chez des voyageurs.

Jusqu’à 50.000 éléphants sont tués par an en raison du braconnage de l’ivoire. La population d’éléphants d’Afrique est passée de 550.000 bêtes en 2006 à 470.000 aujourd’hui.

Le Vietnam est l'un des points noirs du commerce lié aux espèces en voie de disparition, comme les cornes de rhinocéros, capables de guérir du cancer selon une croyance répandue.

Le Vietnam a saisi cette année plusieurs dizaines de tonnes de défenses d'éléphants, de cornes de rhinocéros et d'écailles de pangolin illégalement importées d'Afrique, notamment en raison d'une forte demande sur son marché intérieur mais aussi en Chine.

Notre reportage dans Le Monde sur le trafic d'ivoire entre l'Afrique et la Chine ici.