Sécurité

La Chine s'engage pour la mise en place d'une force permanente de quelque 15.000 Casques bleus, capable de se déployer rapidement.

Le président américain Barack Obama a annoncé à Hanoï la levée de l'embargo sur les ventes d'armes américaines au Vietnam.

Le Nigeria accueille un sommet sur la sécurité, signe d'une coopération militaire régionale. La Chine, l'Europe et les Etats-Unis y participent. Deux ans après le premier sommet tenu à Paris, l'enjeu des discussions portera cette fois sur "le succès des opérations militaires" en cours, et "la résolution rapide de la crise humanitaire". Depuis l'arrivée de Muhammadu Buhari à la tête du Nigeria, il y a un an, l'armée a multiplié les victoires militaires contre Boko Haram, conduisant le président à annoncer que le groupe islamiste était "techniquement" vaincu. Mais les attentats-suicides n'ont pas cessé, la forêt de Sambisa (nord-est) reste un bastion de repli pour les rebelles.

L'activité touristique a chuté de 6% depuis 2015 en raison des menaces et des attentats en Afrique de l'Ouest. Analyse.

La force anti-aérienne iranienne est désormais équipée du système russe S-300.

Les services secrets chinois ciblent en priorité les extrémistes ouïghours.

Djibouti est le carrefour des ambitions militaires en Afrique. La Chine y construit sa première base permanente à l’étranger. Analyse.

Terrorisme, instabilité politique et grandes manoeuvres économiques signent le retour des chiens de guerre en Afrique. Reportage.

Pékin ambitionne désormais de vendre des drones capables de lancer des bombes guidées par laser.

Les Taïwanais expulsés du Kenya vers la Chine communiste dans le cadre d'une affaire de cyber-escroquerie seront jugés par Pékin, a affirmé un média d'Etat chinois, malgré l'intervention de Taipei. La police kényane avait expulsé la semaine dernière vers Pékin 45 citoyens taïwanais - et 32 Chinois du continent -, soupçonnés d'être impliqués dans une vaste fraude téléphonique. Les autorités de l'île de Taïwan, furieuses, avaient assuré que plusieurs de ces personnes avaient pourtant été innocentées par la justice du pays africain, et ont accusé Pékin d'avoir "enlevé" leurs ressortissants.