La Chine étend sa « chasse aux renards » à l’Afrique

L'un des fugitifs les plus recherchés de Chine, soupçonné de corruption, a été arrêté le 1er janvier dernier en République de Guinée et expulsé vers Pékin. Il est l’un des plus gros bonnets victimes à ce jour de la lutte anti corruption en Afrique.

Pei Jianqiang, âgé de 48 ans, ancien directeur du département de l'importation et l'exportation de China Enterprise International Cooperation Co., était soupçonné de corruption et avait fui en novembre 2009.

Les polices des deux pays ont travaillé ensemble pour parvenir à cette arrestation après des informations confirmant que M. Pei se cachait à Conakry, capitale de la Guinée, et gérait un centre de soins.

123 milliards de dollars envolés

Pei Jianqiang est la dernière victime en date de l’opération « chasse aux renards ». Le nom donné par le gouvernement chinois à la gigantesque battue menée dans le monde entier par une équipe de policiers sous couverture. Objectif : rapatrier les ripoux du Parti qui ont fui avec la caisse. Ils sont plusieurs dizaines de milliers à avoir ainsi quitté le pays emportant avec eux l’équivalent de 123 milliards de dollars ! Et certains ont trouvé refuge en Afrique.

Plus de six cent quatre-vingt fugitifs ont déjà été rapatriés permettant à la Chine de récupérer l’équivalent de deux milliards de dollars. Pour cela Pékin a signé des traités d’extradition avec trente-neuf pays dont l’Australie, la France, le Canada et même les Etats-Unis.

Mais il y a une zone qui échappe toujours au contrôle des chasseurs chinois : l’Afrique. Sur le continent, seuls la Tunisie, le Kenya et l’Afrique du Sud coopèrent pleinement avec les autorités chinoises. Mais pour l’heure seule une poignée de renards a été arrêté. Pourtant sur le continent, ils vivraient en meute.

La liste officielle des fugitifs publiée par les autorités chinoises pointent ainsi trois principaux pays refuges en Afrique : le Soudan, le Ghana, la Gambie et la Guinée-Bissau. Là-bas se cacherait officiellement une dizaine d’anciens cadres du Parti. Mais en réalité, certaines sources évoquent plus de dix mille chinois du continent vivant sous couverture, avec un nouveau passeport africain, voire une nouvelle nationalité. Pei Jianqiang était répertorié comme le suspect No. 10 sur cette liste.

En juillet dernier, l’arrestation d’un des cent fugitifs les plus recherchés par Interpol à Macao avait permis de retracer la route de plusieurs de ces renards. A 59 ans, Wu Quanshen a fait toute sa carrière dans la province du Guangdong. Une zone vaste comme le Sénégal et peuplée de 107 millions d’habitants. La plus grande province de Chine. L’homme est très gourmand et serait parti avec la caisse, soit plusieurs centaines de millions de dollars, pour trouver refuge en Guinée-Bissau en 2011. Sur place, Wu a pris une nouvelle identité, obtenu un passeport guinéen, puis il est retourné à une encablure de chez lui, à Macao, où il a pu acheter un titre de résident via le programme IPIM (Macau Trade and Investment Promotion Institute). Un programme visant à attirer de riches étrangers en leur accordant un titre de séjour en échange d’un demi million de dollars américains d’investissements. Il aura fallu attendre mars 2012 et le lancement officiel de la « chasse aux renards » pour que Wu se décide à retourner se cacher en Guinée-Bissau. Il y serait resté terré trois ans avant de s’offrir une petite virée dans l’Enfer du Jeu. Grave erreur : il est arrêté à Macao et emprisonné depuis en Chine continentale.

Faux passeports à vendre

Comme lui, ils seraient neuf mille chinois à avoir profité de la combine ! Quelques uns sont passés par Macao, mais la plupart ont transité par Hong Kong où une véritable industrie du vrai-faux passeport a vu le jour entre 2012 et janvier 2015, date de l’abolition officielle du programme. Ainsi, en échange cette fois d’un million de dollars d’investissements – dont une grande partie versée en dessous de table – ces étrangers se voyaient autoriser à vivre en toute légalité dans l’ancienne colonie britannique, et pouvaient ainsi échapper aux sbires du Parti communiste.

Pourtant ce programme est interdit aux Chinois du continent, tout comme aux Afghans ou au Nord-coréens. Seul moyen d’y accéder : changer de nationalité. Pour eux, certains pays africains ont ouvert grandes les portes de leurs Consulats. C’est le cas surtout de la Gambie et de la Guinée-Bissau. Pendant de longues années ces deux pays ont entretenu des relations diplomatiques avec Taiwan, coupant de fait les ponts avec la République populaire de Chine.

La Gambie a attendu le 14 novembre 2013 pour finalement reconnaître diplomatiquement Pékin, mais entre temps plus de neuf mille chinois auraient obtenu un passeport gambien et une résidence légale dans le pays ! En échange de 12.000 dollars américains, des officines hongkongaises ont proposé à tous les ripoux chinois une carte de résident en Gambie sans jamais avoir à y mettre les pieds. Avec ce sésame, ils étaient libres ensuite de s’installer à Hong Kong et d’y blanchir tranquillement l’argent du Parti. Même schéma en Guinée-Bissau, où 4.500 chinois seraient officiellement résidents sans même y habiter. La Guinée-Bissau a attendu 1998 pour avoir des relations diplomatiques avec Pékin. Aujourd’hui, seuls le Burkina Faso, le Swaziland et São Tomé e Príncipe reconnaissent encore Taiwan et sont donc un havre de tranquillité pour les renards du Parti. Pékin a donc mis un terme au début de l’année à ce programme controversé à Hong Kong et élargit désormais sa battue planétaire aux terres africaines. « Mais la difficulté dans ces pays est la corruption et l’absence d’un véritable état de droit, nous explique une source policière. Il est facile d’acheter des papiers en Afrique et de vivre caché sous une fausse identité ». Surtout lorsque l’on a des millions de dollars planqués à la banque.

Des pays comme le Soudan et la Somalie sont des refuges tout trouvés pour ceux qui veulent se refaire une virginité sous le soleil africain. La chasse aux renards n’est pas prête de s’arrêter.

Retrouvez ici notre enquête dans Le Monde Afrique.