orpailleurs

Profond de quatre mètres, le trou a été creusé à la force du poignet comme des dizaines d'autres alentour. Sous les coups de pelles des chercheurs d'or, une clairière défigurée évoque un morceau de gruyère en plein coeur de la forêt équatoriale gabonaise. 

L'Etat gabonais veut reprendre en main l'activité aurifère échappant à son contrôle en obligeant les orpailleurs artisanaux à lui vendre leur production. Mais cet interventionnisme tombe mal, alors que le minerai se fait rare et qu'arrivent de nouveaux concurrents chinois.