Flambée des ventes d'armes au Moyen-Orient et en Asie

Les ventes d'armes au Moyen-Orient et en Asie ont explosé au cours des cinq dernières années, alimentées par la guerre et les tensions dans ces régions, selon un rapport de l'institut Sipri publié lundi.

Au niveau mondial, les ventes d'armes, en hausse depuis 2003, ont augmenté de 10% en volume sur la période 2013-2017, rapporte l'Institut international de recherche sur la paix, basé à Stockholm (Sipri).

Le marché reste dominé par les États-Unis qui s'arrogent 34% de parts de marché.

Le rapport du Sipri ne concerne que les armes dites majeures (avions, systèmes de défense antiaérienne, blindés, missiles, navires, satellites, etc).

L'Asie-Océanie est la principale région importatrice (42% du total), devant le Moyen-Orient (32%), mais c'est au Moyen-Orient que les achats et livraisons progressent le plus: elles ont plus que doublé (+103%) alors qu'elles ne progressaient simultanément que de 1,8% en Asie-Océanie.

L'Arabie saoudite est devenue le deuxième importateur mondial d'armes après l'Inde, avec des volumes en hausse de 225%. Les États-Unis sont le premier fournisseur des Saoudiens (61% des importations) suivis par le Royaume-Uni (23%) et la France (3,6%).

Vendredi, le Royaume-Uni a signé avec Ryad un protocole d'accords pour l'achat par les Saoudiens de 48 avions de combat Eurofighter Typhoon.

L'accord a suscité de vifs débats et des protestations outre-Manche.

"Les conflits violents généralisés au Moyen-Orient et le respect des droits de l'Homme ont conduit à un débat politique en Europe occidentale et en Amérique du Nord sur la limitation des ventes d'armes", souligne dans le rapport Pieter Wezeman, chercheur au Sipri.

"Pourtant, les États-Unis et les Etats européens restent les principaux exportateurs d'armes dans la région et ont fourni plus de 98% des armes importées par l'Arabie saoudite", relève-t-il.

En Asie comme au niveau mondial, l'Inde, qui contrairement à la Chine ne possède pas encore de production nationale lui permettant d'être autosuffisante, demeure le premier pays importateur.

La Russie est son principal fournisseur avec 62% des livraisons d'armes. Les approvisionnements américains ont toutefois plus que quintuplé au cours de la période de cinq ans.

"Les tensions entre l'Inde, d'une part, et le Pakistan et la Chine, d'autre part, alimentent la demande croissante de l'Inde pour des armes majeures, qu'elle n'est toujours pas en mesure de produire elle-même", explique un autre chercheur du Sipri, Siemon Wezeman.

Pékin, dont les exportations d'armes ont augmenté de 38% dans l'intervalle, est le principal fournisseur d'armes de la Birmanie, où une campagne de l'armée, qualifiée d'épuration ethnique par les Nations unies, a poussé à l'exode près de 700.000 musulmans rohingyas depuis août 2017.

Categorie: