mines

Grâce à l’envolée de l'immobilier en Chine, ajoutée aux espoirs de grands projets d'infrastructures aux Etats-Unis et en Inde, le secteur minier se redresse et les géants des matières premières engrangent des bénéfices considérables, expliquent les analystes.

Pékin se redécouvre un appétit pour les métaux et l'économie chinoise présente des signes de stabilisation. L'optimisme est de retour même s'il est tempéré par les craintes que la reprise ne fasse pas long feu. Analyse.

Depuis quelques mois, les cours du fer, du cuivre ou de l'étain sont nettement repartis à la hausse et ont redonné le moral à tout un secteur jusque-là en panne d'investissements.

L'ONG américaine Centre Carter appelle le gouvernement de la République démocratique du Congo à "publier le contrat" de cession d'une des plus grandes mines de cuivre du pays à des investisseurs chinois, selon un communiqué parvenu vendredi aux agences de presse. Cinquième producteur de cuivre au monde en 2015 et premier producteur mondial de cobalt, la RDC est l'un des pays les moins développés de la planète. Près de 90% de ses 71 millions d'habitants vivent dans l'extrême pauvreté.

La société chinoise Jiuxing Mines a annoncé la suspension de ses activités à Madagascar.

Grâce à ses investissements en RDC, les entreprises chinoises contrôleront bientôt 62% de la production mondiale de cobalt raffiné

Un rapport de Global Witness met en cause les agissements d'une société chinoise, Kun Hou Mining, qu'elle accuse de corruption.

La croissance congolaise a nettement fléchi sous le coup de la baisse des cours des matières premières entraînée par le ralentissement économique de la Chine.

La chute des cours des matières premières plombe l'économie sud-africaine.

La Sierra Leone a annoncé l'annulation de nombreux permis miniers pour relancer ce secteur.

Le groupe américain Freeport-McMoran a annoncé lundi être parvenu à un accord portant sur la cession de la mine congolaise de Tenke Fungurume (Congo-Kinshasa) au groupe chinois China Molybdenum pour plus de 2,6 milliards de dollars. Freeport McMoran détient 56% de cette mine de cuivre et de cobalt qu'elle exploite au Katanga (sud-est de la République démocratique du Congo) et qui fait du groupe américain l'un des principaux contributeurs individuels au budget de l’État congolais.