militaire

Djibouti est le carrefour des ambitions militaires en Afrique. La Chine y construit sa première base permanente à l’étranger. Analyse.

Pékin ambitionne désormais de vendre des drones capables de lancer des bombes guidées par laser.

Les dirigeants sud-coréen, chinois et japonais ont mis de côté leurs rivalités historiques et territoriales pour annoncer leur volonté de coopérer à nouveau sur les questions commerciales et de sécurité, lors d'un sommet trilatéral historique organisé à Séoul en octobre dernier. Mais il y a un dossier sur lequel la Chine et le Japon s'affrontent : leur rôle en Afrique. Décryptage.

La supériorité technologique occidentale en matière d'armement "s'érode" notamment face à la Chine et la Russie, met en garde l'Institut international pour les études stratégiques (IISS) dans son rapport annuel sur l'équilibre des forces armées dans le monde publié cette semaine.

Selon ce prestigieux centre de réflexion basé à Londres, deux tendances fortes ressortent en matière d'armement.

Un haut responsable de l'armée chinoise a visité Djibouti le week-end dernier, ont rapporté des médias d'Etat chinois, tandis qu'un journal officiel tentait d'apaiser les inquiétudes sur une possible implantation par Pékin d'une base militaire sur ce territoire stratégique de la Corne de l'Afrique.

Le général Fang Fenghui, chef d'état-major de l'Armée populaire de libération (APL), a rencontré le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh, selon un portail d'informations officiel de l'APL, China Military Online.

Un haut gradé chinois déclare que la Chine compte renforcer ses relations militaires avec l'Iran. Une nouvelle donne dans la région.