matières premières

A force de miser sur le dragon chinois, l’Afrique est-elle en train de se brûler les ailes ? Analyse.

Les grandes compagnies minières sont contraintes de réduire la voilure dans un contexte de chute des cours du minerai de fer et des métaux industriels, à l'image d'Anglo American qui a annoncé mardi des mesures d'économie et une réduction drastique d'effectifs.

Le secteur est victime d'une surabondance de l'offre alimentée par les géants du secteurs, couplée à une baisse de la demande originaire de Chine, la deuxième économie du monde.

Les investissements chinois en Afrique ont chuté de plus de 40% en glissement annuel durant le premier semestre, a annoncé Pékin ce mardi. Le ralentissement économique du géant asiatique ayant entraîné une baisse drastique de sa demande en matières premières.

Les ressources naturelles du continent africain ont permis d'alimenter la formidable croissance de la Chine, devenue le premier partenaire commercial de l'Afrique en 2009.

Le ralentissement économique chinois se confirme et affecte durement les prix des matières premières chez ses principaux clients africains.

Demande en baisse, production en hausse, ralentissement de la croissance chinoise... Les prix des matières premières traversent une mauvaise passe.

La crise boursière en Chine pourrait entraîner dans son sillage de nombreuses économies émergentes, notamment africaines. Décryptage.