La nouvelle banque chinoise de développement bientôt opérationnelle

La future banque asiatique de développement lancée à l'initiative de la Chine devrait être opérationnelle avant la fin de l'année, ont annoncé vendredi ses membres fondateurs en réunion à Singapour.

Les chefs négociateurs des 57 membres ont conclu leurs travaux de rédaction des statuts de la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (AIIB), indique un communiqué du secrétariat.

Les statuts définitifs devraient être "prêts pour signature d'ici la fin juin et l'AIIB serait opérationnelle avant la fin de cette année", précise le document.

La Chine a réussi à rallier à sa cause 57 Etats, du Royaume-Uni à l'Iran, dont deux pays africains (l'Egypte et l'Afrique du Sud). Pékin devrait d'ailleurs détenir 30% des parts de l'Institution et l'Asie 75% des 100 milliards de dollars injectés dans un premier temps.

L'enjeu est de taille: l'Asie, région en pleine expansion où les entreprises nippones sont déjà bien implantées, a des besoins cruciaux d'infrastructures en télécommunications, énergie et transports. Selon la Banque asiatique de développement (BAD), il faudrait y investir quelque 8 000 milliards de dollars au total entre 2010 et 2020.

Inquiets de la montée en puissance de Pékin, Washington comme Tokyo ont exprimé leurs réserves quant à la transparence de l'AIIB, son positionnement vis-à-vis des structures similaires existantes, ainsi que le risque que Pékin utilise cette infrastructure pour ses propres intérêts géopolitiques et économiques en tant que puissance émergente.