éléphants

Environ 500 personnes, dont la moitié issues de la communauté chinoise de Tanzanie, ont marché samedi matin à Dar es Salaam pour défendre la cause de la protection des éléphants victimes du braconnage. La Chine est considérée comme la principale source de la demande mondiale d'ivoire, une demande qui alimente le marché de l'ivoire de contrebande provenant du braconnage et responsable de la mort d'environ 30.000 éléphants d'Afrique par an. Fin décembre, la Chine a toutefois annoncé qu'elle allait interdire tout commerce et transformation de l'ivoire dans le pays d'ici fin 2017.

Le Kenya s'apprête à brûler la quasi-totalité de son stock d'ivoire et veut sonner ainsi la fin du trafic illégal de "l'or blanc", responsable du déclin de la population des éléphants sur le continent.

Un tribunal du sud-ouest de la Tanzanie a condamné cette semaine à 20 ans de prison quatre Chinois arrêtés début novembre en possession de onze cornes de rhinocéros alors qu'ils venaient d'entrer en Tanzanie en provenance du Malawi. Des centaines de rhinocéros sont tués chaque année pour leurs cornes, qui alimentent le marché clandestin de la médecine traditionnelle asiatique.

A Panjiayuan, le marché aux puces de Pékin, il ne faut pas chercher longtemps pour s’offrir une corne sculptée ou un bracelet d’ivoire gravé. Cette petite boutique qui ouvre aux premières heures de l’aube, le dimanche, propose ainsi toutes sortes d’ornements : jade, or, rubis et surtout de l’ivoire, qui se dit xiang ya en mandarin, et signifie prosaïquement « dent d’éléphant ». Un symbole de richesse et de pureté en Chine.

Les défenseurs des animaux dénoncent le rôle crucial de la Chine dans les massacres d'éléphants en Afrique destinés à alimenter un trafic juteux d'ivoire qui, selon les ONG, mériterait de figurer au sommet sino-africain cette semaine pour tenter d'enrayer le déclin de la population de pachydermes.

Les autorités chinoises ont détruit vendredi quelque 600 kg d'ivoire, événement très médiatisé censé afficher la détermination de Pékin à combattre la contrebande des défenses d'éléphants, qui continue de prospérer au sein du premier pays consommateur d'ivoire au monde...