Gabon

Le président du Gabon, Ali Bongo, a fait de se première sortie internationale depuis son élection controversée une opération de charme.

Le débat sur la filiation des candidats à la présidentielle fait rage au Gabon.

La demande chinoise en bois précieux fait flamber les prix et alimente la contrebande. Plusieurs hauts fonctionnaires gabonais, dont un ancien ministre, ont été arrêtés. Un tribunal spécial a même été créé à Libreville.

Profond de quatre mètres, le trou a été creusé à la force du poignet comme des dizaines d'autres alentour. Sous les coups de pelles des chercheurs d'or, une clairière défigurée évoque un morceau de gruyère en plein coeur de la forêt équatoriale gabonaise. 

L'Etat gabonais veut reprendre en main l'activité aurifère échappant à son contrôle en obligeant les orpailleurs artisanaux à lui vendre leur production. Mais cet interventionnisme tombe mal, alors que le minerai se fait rare et qu'arrivent de nouveaux concurrents chinois.

Photo DR : saisie d'ivoire en RDC

Le trafic illégal d'ivoire en Afrique qui menace la survie des éléphants est très concentré géographiquement et contrôlé par quelques barons, ont déterminé des scientifiques avec des analyses ADN des défenses saisies.

Vingt-six personnes, dont cinq Chinois, ont été arrêtées près de Makokou, dans le nord-est du Gabon, dans le cadre de la lutte contre l'exploitation illégale de Kevazingo, un bois précieux, a annoncé lundi un réseau international d'ONG de défense de l'environnement.

Parmi les personnes arrêtées figurent cinq Chinois mais aussi les deux principaux représentants du ministère des Eaux et Forêts dans la région de l'Ogooué-Ivindo et le vice-président du conseil départemental, affirme le réseau Eagle (Eco Activists for governance and law enforcement) dans un communiqué.