Les milliards chinois de l'Angola

L’Angola a reçu 23% des prêts chinois accordés aux gouvernements et aux établissements publics africains entre 2000 et 2014, selon une étude publiée mi-juin par l’Université américaine John Hopkins. 

Intitulée "China Africa Research Initiative (CARI)" et fruit de neuf ans de travaux menés par les chercheurs Jyhjong Hwang, Deborah Brautigam et Janet Eom, cette étude précise que, sur les 86,9 milliards de dollars de prêts versés par la Chine (Etat, banques et entreprises) aux Etats et organismes publics africains entre 2000 et 2014, l’Angola a reçu 21,20 milliards de dollars.

Le deuxième producteur de pétrole d'Afrique subsaharienne est, dans ce cadre, talonné par  l'Ethiopie (12,3 milliards de dollars), le Soudan (5,58 milliards de dollars), le Kenya (5,19 milliards de dollars) et la République démocratique du Congo (4,91 milliards de dollars).

La répartition sectorielle des prêts accordés par l’empire du milieu au continent durant la période sous revue fait, d’autre part, ressortir que 28% du total des financements sont été consacrés aux secteurs du transport & infrastructures. 

Viennent ensuite les secteurs de l’énergie (20%), des industries extractives (10%) et des technologies de la communication et de l’information (8%). 

Le montant moyen des prêts chinois accordé chaque année à l’Afrique a connu une forte croissance durant la période sous revue, passant de 132 millions de dollars en 2000 à 1,6 milliard en 2003, 5,02 milliards en 2007,  9,84 milliards en 2011, 16,91 milliards en 2013 et 13,59 milliards en 2014.

Les milliards de l'Angola

L’Angola prévoit d’emprunter environ un milliard de dollars auprès de plusieurs institutions financières étrangères pour redresser ses finances publiques mises à mal par la forte chute des prix de pétrole, a rapporté le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

Le deuxième plus important pays producteur de brut en Afrique après le Nigeria a mandaté la banque américaine Goldman Sachs pour arranger un prêt syndiqué d’un montant situé entre 500 et 600 millions de dollars, a-t-on ajouté de même source. Ce prêt syndiqué sera garanti à hauteur de 200 millions de dollars par la Banque mondiale.

Un deuxième prêt d’un montant de «plusieurs centaines de millions de dollars» devrait être accordé à l’Angola par la société d’investissement Gemcorp Capital. Il servira essentiellement à financer les importations de médicaments et d’autres produits de première nécessité.

L’Angola a réalisé une croissance économique rapide depuis la fin de la guerre civile en 2002, mais la forte chute des cours de brut a été à l’origine d’une dégradation des comptes publics du pays et d’une forte dépréciation du kwanza, la monnaie nationale, par rapport au dollar.

L’or noir représente 40 % du produit intérieur brut (PIB) du pays, mais près de 70 % de ses recettes fiscales et plus de 95 % de ses entrées en devises.

(Source : Agence Ecofin)

Categorie: