Diplomatie

Le président chinois, Xi Jinping, a accueilli son homologue du Soudan, Omar al-Béchir, en qualifiant son hôte de "vieil ami du peuple chinois".

Photo DR : la plus grande parade militaire de l'histoire chinoise a eu lieu le 3 septembre à Pékin

La Chine reçoit ses alliés à Pékin. Vingt-quatre chefs d'Etat et de gouvernement, dont six africains, font le déplacement pour un événement très politique.

Le président turc entame une visite de deux jours en Chine en dépit de vives tensions autour des Ouïghours, une minorité turcophone chinoise.

Photo DR

Un fossé sépare les deux premières puissances économiques mondiales lorsque l’on parle de leurs relations avec l’Afrique.

Ancien Ambassadeur des Etats-Unis en Ethiopie et au Burkina Faso, David Shinn est l’un des plus grands experts américains de la Chinafrique. Interview.

La visite en Chine du Vice-président sud-africain va notamment permettre d'évoquer le prochain Forum sur la coopération Chine-Afrique qui se tiendra cette année en Afrique du Sud.

Le Président de la République d'Angola arrive en Chine, l'un de ses principaux soutiens internationaux. C'est la première visite à Pékin de José Eduardo dos Santos depuis 2008.

La Chine est prête à davantage s'impliquer pour stabiliser la région du golfe d'Aden, a indiqué la porte-parole de la diplomatie chinoise, après la publication d'informations sur l'éventuelle implantation d'une base militaire chinoise à Djibouti.
Sans confirmer directement l'existence de négociations entre Djibouti et Pékin à ce sujet, Hua Chunying a assuré que Pékin souhaitait renforcer sa présence dans cette région en proie aux turbulences, du Yémen à l'Erythrée et à la Somalie.
"Il faut insister sur le fait que maintenir la paix et la stabilité dans cette région sert les intérêts des pays concernés, c'est également le voeu de Djibouti, de la Chine et des autres pays du monde", a déclaré Mme Hua.

Des dizaines de dirigeants de pays d'Asie et d'Afrique se rencontrent cette semaine à Jakarta pour célébrer le 60e anniversaire de la conférence en Indonésie qui donna naissance au Mouvement des non-alignés, un sommet sur fond de rivalités régionales.

La Chine n'est pas favorable à une nouvelle prolongation des négociations entre les grandes puissances et l'Iran si un accord sur le programme nucléaire de Téhéran n'est pas trouvé fin mars, a affirmé dimanche le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi.

"Elles ont été prolongées deux fois, nous espérons qu'elle ne le seront pas une troisième fois", a déclaré M. Wang, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif à Téhéran.

Les Etats-Unis ont indiqué la semaine dernière ne pas voir l'utilité d'une prolongation des discussions si la "formulation fondamentale" d'un accord n'était pas trouvée d'ici le 31 mars.