Diplomatie

Le Russie a réaffirmé vendredi qu'elle s'opposait à un embargo sur les armes au Soudan du Sud et à des sanctions contre les deux principaux belligérants malgré les recommandations d'experts de l'ONU, estimant cette approche contre-productive.

Des sanctions "ne seront pas propices" au processus de paix parce que les experts proposent de sanctionner le président et le chef des rebelles alors qu'ils mènent des négociations qui ont fait "certains progrès", a expliqué le réprésentant adjoint russe à l'ONU Petr Iliichev.

L'Iran et la Chine ont décidé de renforcer leurs relations économiques avec l'ambition de les porter à un niveau de 600 milliards de dollars, a déclaré samedi le président iranien Hassan Rohani à Téhéran où son homologue chinois était en visite officielle.

La visite de Xi Jinping, la première d'un président chinois en Iran depuis 14 ans, intervient une semaine après le début de la mise en oeuvre de l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les grandes puissances, dont la Chine, qui prévoit la levée d'une partie des sanctions internationales contre Téhéran.

Le président chinois Xi Jinping a promis jeudi lors d'une visite en Egypte une enveloppe de 55 milliards de dollars en prêts et investissements pour le Moyen-Orient, une région où la Chine veut renforcer sa présence économique.

M. Xi se trouve au Caire dans le cadre d'une tournée régionale, sa première en tant que président, qui se terminera samedi en Iran.

Le président chinois, Xi Jinping, a entamé mardi une visite en Arabie saoudite, début d'une tournée régionale destinée à renforcer la présence économique du géant asiatique au Moyen-Orient, selon l'agence officielle SPA.

Peu après son arrivée, M. Xi a été reçu par le roi Salmane pour un entretien, selon la télévision d'Etat.

Mercredi, les deux chefs d'Etat doivent assister à une cérémonie d'inauguration du Centre Roi Abdallah pour les études et les recherches pétrolières à Ryad.

Le président chinois Xi Jinping effectuera des visites d'Etat la semaine prochaine en Arabie Saoudite, en Egypte et en Iran, a annoncé vendredi Pékin, la deuxième économie mondiale cherchant à renforcer son poids diplomatique dans la région.

Il s'agira de la première visite de M. Xi dans ces pays en tant que chef d'Etat.

Xi Jinping effectuera ces visites du 19 au 23 janvier, a indiqué le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, dans un communiqué publié sur le site internet du ministère.

A l'heure des bilans pour l'année écoulée, le sommet de Johannesburg restera comme l'événement majeur de la Chinafrique en 2015. Un sommet qualifié d’historique par de nombreux chefs d’Etat. Détail des principales annoncées lors de ce sixième FOCAC (Forum de coopération sino-africain).

La Chine a lancé ce vendredi une nouvelle offensive majeure sur le continent africain en promettant 60 milliards de dollars d'aide lors d'un sommet sino-africain à Johannesburg, un engagement accueilli avec "gratitude" au moment où l'Afrique souffre du ralentissement de la croissance chinoise.

Dirigeants africains et chinois ont rendez-vous pour la première fois, vendredi et samedi, sur le continent noir pour un sommet où le président Xi Jinping doit annoncer une myriade de contrats malgré le ralentissement récent des investissements chinois en Afrique, devenue très dépendante de Pékin.

Illustration de l'importance de ce sommet: le président chinois et une cinquantaine de dirigeants africains, dont les présidents nigérian Muhammadu Buhari et zimbabwéen Robert Mugabe, sont attendus à Johannesburg, dans le district financier de Sandton.

En 2015, la lune de miel entre l'Afrique et la Chine, son principal partenaire économique semble terminée. Les investissements du géant asiatique en Afrique ont chuté de 40% au premier semestre et l'inquiétude grandit au sein d'un continent dépendant de ses exportations de matières premières.

C'est dans ce contexte inédit que le président chinois Xi Jinping rencontre vendredi ses homologues africains à Johannesburg, pour le sixième sommet sur la coopération sino-africaine (Focac).

Lors de sa visite l’été dernier en Afrique de l’Ouest, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, a été reçu en véritable chef d’Etat. La Chine qui a déboursé plus de 121 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie d’Ebola en a profité pour renforcer ses liens avec les trois pays les plus touchés : la Sierra Leone, la Guinée et le Liberia.