Diplomatie

La coopération tripartite est la nouvelle antienne des autorités françaises qui veulent monter dans le train de la Chinafrique. Analyse.

La France, avec 28,5 milliards d'euros d'exportations en 2015, reste certes l'un des premiers fournisseurs du continent africain. Mais sa position s'effrite: dans la zone franc, sa part de marché est passée de 34% en 1985 à 12% en 2015. La Chine, dans le même temps, a vu sa place bondir de 2% à 20%. En perte de vitesse face à cette concurrence nouvelle, les entreprises françaises multiplient les offensives pour reprendre pied sur les marchés africains. En misant sur des approches groupées et en faisant jouer leurs relations historiques avec le continent.

Le président nigérian Muhammadu Buhari entame une visite en Chine, où il espère obtenir le soutien de Pékin pour développer les infrastructures de son pays.

En fonction depuis 1999, le président djiboutien Ismaël Omar Guelleh est presque assuré d'être réélu lors de l'élection présidentielle du 8 avril prochain.

Pékin nomme son premier représentant spécial pour la Syrie. Une initiative destinée à renforcer son influence au Moyen-Orient.

Le président iranien Hassan Rohani a plaidé pour une meilleure intégration économique avec les géants asiatiques lors d'une visite au Pakistan.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a reçu cette semaine le président du Zimbabwe Robert Mugabe, devenu infréquentable en Europe et aux Etats-Unis mais souvent courtisé en Asie, notamment en Chine.

Les initiatives se multiplient autour du concept de coopération « tripartite » : conférences, forums et colloques se succèdent avant un grand sommet politique prévu à Dakar cette année. France-Chine-Afrique : ce ménage à trois peut-il vraiment réussir ?

Le président chinois Xi Jinping et 50 pays africains ont appelé à la résolution par les Africains des conflits en Afrique, dans la déclaration finale samedi soir du deuxième sommet Chine-Afrique, dénonçant à mots couverts les ingérences étrangères.

La Chine et l'Afrique sont "déterminées à trouver des solutions pacifiques aux conflits (...) et la Chine soutient l'Afrique dans ses efforts pour trouver des solutions africaines aux problèmes africains", selon la déclaration du sommet Chine-Afrique de Johannesburg.

Le président chinois Xi Jinping démarre ce mardi au Zimbabwe une visite de cinq jours en Afrique, où les gouvernements s'inquiètent des conséquences du ralentissement de la croissance de la Chine.