crise

Luanda est passée en dix ans d'un mini Dubaï à une ville en crise. Pourquoi cette chute brutale ?

La croissance congolaise a nettement fléchi sous le coup de la baisse des cours des matières premières entraînée par le ralentissement économique de la Chine.

La chute des cours des matières premières plombe l'économie sud-africaine.

A force de miser sur le dragon chinois, l’Afrique est-elle en train de se brûler les ailes ? Analyse.

"La Chine ne croit pas en la charité. Quand elle prête aux pays africains, elle sait très bien qu’elle finance ses propres entreprises et paie ses propres ouvriers. Mais cela à terme peut créer un cercle vertueux car ces routes, ces ports et ces aéroports profitent à tous", explique l’économiste américaine Aubrey Hruby. La cofondatrice du réseau AXN, Africa Expert Network revient sur la nature des relations entre la puissance émergente et le continent africain. Entretien exclusif pour Chinafrica.info.

La Chine a vu ses exportations s'effondrer de plus de 25% en février, tandis que ses importations plongeaient à nouveau, sous l'effet conjugué d'une conjoncture internationale morose et de l'essoufflement persistant de l'activité dans la deuxième économie mondiale.

Pays émergents frappés par l'effondrement des cours des matières premières, commerce mondial perturbé et risque de déflation: l'économie mondiale, soutenue par le colossal essor de la Chine ces dernières années, est aujourd'hui menacée par son ralentissement.

Le Fonds monétaire international (FMI) n'y va pas par quatre chemins: il a exprimé mardi son inquiétude sur les "répercussions" de l'essoufflement du géant asiatique "sur d'autres pays par la voie du commerce et du recul des cours des produits de base", peu après la publication des chiffres de la croissance chinoise en 2015.

Dirigeants africains et chinois ont rendez-vous pour la première fois, vendredi et samedi, sur le continent noir pour un sommet où le président Xi Jinping doit annoncer une myriade de contrats malgré le ralentissement récent des investissements chinois en Afrique, devenue très dépendante de Pékin.

Illustration de l'importance de ce sommet: le président chinois et une cinquantaine de dirigeants africains, dont les présidents nigérian Muhammadu Buhari et zimbabwéen Robert Mugabe, sont attendus à Johannesburg, dans le district financier de Sandton.

Le FMI abaisse ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016 en s'inquiétant en particulier du ralentissement chinois qui entraîne les pays émergents dans son sillage.

Dans une Guinée-Equatoriale en pleine crise économique, le gouvernement presse les entreprises chinoises opérant dans le pays d'employer des nationaux au chômage.