corruption pétrole

Déjà affaiblis par la chute des cours du brut, les grands pétroliers chinois sont dans la ligne de mire des policiers anti-corruption. Plusieurs cadres ont été arrêtés et des contrats annulés. La fin d’une époque pour les mandarins de l’or noir ?

Lorsque les policiers anti-corruption sont venus cueillir Sam Pa dans sa chambre du Sofitel de Pékin, début octobre, la panique s’est immédiatement emparée de la direction du groupe Sinopec. L’un des plus grands pétroliers chinois, dont les investissements en Afrique dépassent les 14 milliards de dollars, est dans la tourmente.